Critique – ‘Un bonheur que je ne souhaite à personne’

Quand j’ai lu le résumé de ce livre, je me suis dit tout de suite que c’était un must pour moi…. me suis trompée. C’est certainement un must pour comprendre la réalité des parents vivant avec un enfant autiste, mais pour ceux et celles qui le vivent quotidiennement, on repassera.

Ce livre est l’histoire d’une mère de deux enfants, nés de pères différents, et dont le cadet est autiste. La mère est divorcée, célibataire, et a mis sur pied  une organisation à but non lucratif qui vient en aide à des enfants autistes. Elle travaille également quelques jours semaine. Ce récit dépeint son combat pour obtenir une place à l’école pour son jeune autiste, pendant que l’adolescent connait quelques difficultés, notamment d’avoir à prendre des responsabilités par rapport à son frère qui sont peut-être un peu trop lourdes pour un adolescent.

Bien que le combat de cette mère soit difficile pour l’accès à l’école et l’éducation de son garçon, sa description ne m’a pas fait vibrée. Peut-être parce que c’est une réalité que la plupart des parents d’enfants autistes ont vécu ou vivront? Le combat est constant : le manque de ressources pour nos enfants ainsi que le manque d’ouverture de la part du système scolaire, et dans ce cas-ci combinés à une structure bizarre en France – les aides à la vie scolaire (AVS) – est du déjà vu, déjà lu et surtout déjà vécu pour moi. De plus, l’absence d’implication du père (!!!) ne m’a même pas touchée.

Pour couronner le tout, l’auteur ajoute une romance à l’eau de rose pour la maman! Un homme prêt à jouer les pères pour un enfant autiste et un ado qui semble mal tourner. Ben voyons! Méchante oeuvre de fiction.

Pour cette raison, j’ai eu beaucoup de difficulté à y croire puisque le réalisme connu (pour moi) de la situation, opposé à la romance sortie tout droit d’un livre Harlequin, sont deux visions qui ne peuvent cohabiter!

La pensée magique, quoi!

Tenez bon mesdames, malgré votre situation difficile, un homme, qui ne correspondra pas du tout à vos critères de beauté, viendra vous délivrez sur son cheval blanc!

Non mais, c’est du pur délire!

Pour ces raisons, je ne recommande pas cette lecture aux parents d’enfant autiste… mais peut-être que ceux qui veulent en connaître plus sur le combat de l’accès à un milieu scolaire adapté pour nos enfants y trouveront leur compte.

Le public visé par ce roman est certainement ceux qui ne vivent pas l’autisme au quotidien.